Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ces oiseaux dressés pour tuer

Publié le par Patrick Morel

Buses, faucons, autours, aigles: avec eux, lapins, faisans, perdrix, renards et même chevreuils n'ont qu'à bien se tenir. Le plus important rassemblement de fauconnerie jamais organisé en France aura lieu le week-end prochain, à Erdeven. Le grand public pourra suivre les chasses. Âmes sensibles s'abstenir.

   1882723 13254164-reg02-20121024-t114a
Perchée en haut d'un poteau électrique, Pocahontas aperçoit le morceau de pigeon brandi par l'enfant. La buse de Harris se jette dans le vide et projette plus qu'elle ne pose son kilo de chair et de plumes sur le gant de cuir. Corentin, 6 ans, encaisse le choc sans faiblir. «C'est la mascotte de l'équipe», sourit fièrement son père, MichelBriendo, président de Breizh en vol. L'association rassemble une vingtaine de fauconniers, en Bretagne, Normandie et régionparisienne. Vingt ans déjà que le solide couvreur de Pluvigner (56) a rencontré, au cours d'un séjour dans le Maine-et-Loire, «les personnes qu'il ne fallait pas», confie-t-il en souriant. Depuis, à l'exception de quelques rares sorties au fusil, seuls les cris stridents des rapaces et des gibiers ainsi que les aboiements des chiens sonorisent ses terrains de chasse. Moins bruyante, la chasse au vol est aussi moins meurtrière. «Sur dix lapins levés, si elle en prend un ou deux, c'est un maximum». Peu importe pour le chasseur à l'âme d'esthète. «On n'est pas là pour faire des tableaux. On aime regarder les oiseaux, voir de beaux vols, de belles poursuites. Un gibier qui évite le rapace, c'est magnifique aussi». Les yeux brillants, le chasseur décrit comme une oeuvre d'art la «vraie complicité» entre l'épagneule et la buse. C'est tout juste s'il n'imagine pas des dialogues entre Griotte et Pocahontas, qu'il a élevées ensemble. Respectivement dressée et affaitée, pardon! «Ce n'est pas toujours joli à voir», admet le bonhomme à propos de l'affaitage. À la chasse, il intervient très vite, non sans prendre quelques risques, pour «terminer» la proie et la retirer des serres du rapace avant qu'elle ne soit trop abîmée. Mais pendant l'affaitage ou le nourrissage quotidien, l'agonie du pigeon ou du poulet est beaucoup plus longue. Cruelle nature... «C'est quand même un animal sauvage, potentiellement dangereux», reconnaît Michel Briendo. Mais ni lui, ni Griotte n'ont eu à se plaindre de Pocahontas. La buse et la chienne font bon ménage, y compris sur les routes.

Très rare en Bretagne

«Par ici, à part le lapin, il y a très peu de gibier pour ce genre de chasse. Alors, tous les week-ends, on part un peu partout, en Ille-et-Vilaine, en Normandie, en Vendée... Ça nécessite un beau budget». Avec seulement six adeptes dans le Morbihan, «en comptant les deux qui font de l'effarouchement sur l'aéroport de Lann Bihoué (56)», et sans doute guère plus d'une vingtaine en Bretagne, la chasse au vol est aussi peu pratiquée que connue. C'est pour la faire découvrir que Breizh en vol, la fédération de chasse du Morbihan et le groupement d'intérêts cynégétiques (GIC) des menhirs organisent, le week-end prochain, à Erdeven et dans le ciel des autres communes du GIC (Locoal-Mendon, Ploemel, Plouharnel, LaTrinité-sur-Mer et Carnac), «le plus grand rassemblement de fauconnerie jamais organisé en France». Une petite cinquantaine de rapaces venus de toute la France et aussi de Belgique sont attendus.

L'aigle et le chevreuil

«Ce sera superbe à voir, tant d'oiseaux rassemblés», promet Michel Briendo. «Des aigles royaux, on n'en voit pas tous les jours!». Ils seront huit parmi la petite cinquantaine de rapaces attendus. Et s'il ne pleut pas, on les verra voler dans la campagne environnante. «On fera plusieurs groupes de chasse en fonction du gibier et des oiseaux». Les buses, les autours des palombes et les faucons chassent le lapin, le faisan et la perdrix. Les aigles, dont les serres exercent une pression de 500kg au cm², seront invités à se concentrer sur des renards, des lièvres ou encore des chevreuils, très abondants sur le territoire du GIC. Spectacle garanti et silence à peine troublé par les cris des animaux

 

Source : le télégramme.com

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 > >>